French version bellow

Rembrandt and Christ in the storm! Stolen painting!

 

Zooming in one Rembrandt stolen in Boston on 03/18/1990

In the heart of one of the most remarkable theft of the century

On March 18, 1990, an extraordinary theft took place at the Isabella Stewart Gardner Museum in Boston. Around 1a.m  two men disguised as police officers, asked to speak to the museum’s guards, claiming that they had heard noises in the courtyard.

Once the door was open, the museum’s guards were quickly tied up and muzzled. In an instant, the trick was done and the wolves entered the sheepfold! This childish ploy worthy of the Beagle Boys (of the Scrooge gang) resulted in the loss of 3 Rembrandt, 1 Vermeer, 1 Flinck, 1 Manet, 5 Degas and 2 art objects. In short, a disaster for Art, the Art Market and the Isabella Stewart Gardner Museum.

This unbelievable burglary, brought out 13 world-famous masterpieces through the little door. Among this prestigious list is an exceptional painting by Rembrandt “Christ in the Storm on the Sea of Galilee”.

“The Christ in the storm on the lake of Galilee” (1633), Rembrandt

“Le Christ dans la tempête sur la mer de Galilée” (1633), Rembrandt

160 cm x 128 cm – Oil painting on canvas – Huile sur toile

Rembrandt Christ in the Storm on the Lake of Galilee Lara Laria Martin
Painting of Rembrandt “Christ in the Storm on the Lake of Galilee” analysed by Lara Laria Martin. Rembrandt “Le Christ dans la tempête sur le lac de Galilée” analysé par Lara Laria Martin

The painting we are interested in is estimated alone, at several hundred million US dollars. This painting by Rembrandt is one of the artist’s outstanding works. This masterpiece was stolen at random. All indications lead us to believe, that this robbery was commissioned and well prepared. The image of a “crazy” collector working in the shadows, often seems to be a romantic hypothesis, but in the case of the theft at the Isabella Stewart Gardner museum in Boston, it may be worth considering. The sponsor may not be a collector or a patient, but he’s obviously an expert.

In order to understand the importance of this painting and its value, we will take the time to decode it. This information may be useful for us to better understand this incredible theft.

The particularities of this painting “The Christ in the Storm on the Sea of Galilee” (1633) by Rembrandt

Young period of Rembrandt & unique seascape of the artist

This painting was painted by Rembrandt (1606/ 1607-1669) when he was only 27 years old. It is a painting made during the artist’s youth: between the period of Leiden and that of his arrival in Amsterdam. For an expert or collector, it is always important to have works made in the artist’s youth. This allows to possess the first paintings and to be able to evaluate the progression of the artist painter through the ages. In addition to being superb, this painting already has this advantage.

More, the fact that it’s the unique seascape painted by Rembrandt is very important. This rarity is another determining element. This certainly explains the choice of this masterpiece, by the commissioner. This unique seascape of the artist testifies to the artistic and technical abilities of Rembrandt, to express himself on an aquatic subject. This painting also illustrates Rembrandt’s daring. This young and audacious Rembrandt, decides to strike hard by choosing to treat a biblical storm. Confifent, he adds to this challenge, that of painting the sacred scene of Christ and his apostles crossing the Lake of Tiberias.

By dealing with this subject, Rembrandt multiplies complexities and complications. This dramatical crossing makes him a talented art director. The force of the wind, the expression of faces and bodies, are very expressive and pushing us.

Analysis of Stolen Rembrandt by Lara Laria Martin
Rembrandt Christ in the storm of Galilee.
Painting of Rembrandt, Christ in the storm of the lake of Galilee stolen
Painting of Rembrandt, Christ in the storm of the lake of Galilee stolen at Boston Isabelle Stewart Gardner museum. Analysis by Lara Laria Martin. Tableau volé de Rembrandt.

 

The audacity of Rembrandt, who revisits the Gospel according to Mark

The young Rembrandt draws inspiration from chapter IV of the Gospel according to Mark for this painting. In this chapter, Christ teaches his disciples the importance of having faith. Christ decides to cross the Lake of Tiberias to pass on the shore opposite. The 12 apostles accompany him. During the crossing, the boat is caught in a violent storm. According to the scriptures, there are 13 on this boat. The Gospel passage, explains that the disciples terrorized by the ferocity of the storm, decide to awaken the sleeping Christ “They have awakened him, and said to him: Master, do you not care that we perish?”. This scene heralds a miracle, for Christ will calm the storm by the simple sound of his voice.

Looking at the painting, the young Rembrandt surprises us. Counting the number of painted characters, we are at a total of 15 characters. Rembrandt audacious, decided to add two characters to this biblical scene. Who are these two characters?

Rembrandt Christ in the Storm on the Lake of Galilee Lara Laria Martin
Rembrandt Christ in the Storm on the Lake of Galilee, Painting of Rembrandt, analysis by Lara Laria Martin. Une analyse proposée par Lara Laria Martin.

The 2 enigmatic passengers: Paul de Tarse (Saul) and Rembrandt himself!

This painting is indicative of Rembrandt’s personality and does not hesitate to revisit the story in his own way and to bring his personal touch.

The addition of Paul de Tarse (called Saul) would not be a surprise. Rembrandt staged it later in one of his famous self-portraits. Let us add, that Paul is often presented in the sacred texts as the 13th Apostle. Paul seems to be a not inconsiderable track.

Moreover, as we approach this painting, we can question the face of this man in the foreground. This young man, who looks us in the eyes and challenges us. This face so familiar wich is present in all Rembrandt’s work: his self-portrait. Young Rembrandt appears there, at the center of this almost apocalyptic scene! It’s one of the most beautiful self-portraits of Rembrandt and especially one of the few self-portraits of Rembrandt young.

This other point corroborates the priceless value of this work.

Self-portrait of Rembrandt in the storm of the lake of Galilee.
Self-portrait of Rembrandt in the storm of the lake of Galilee. Stolen art analysis and stolen Rembrandt analysed by Lara Laria Martin. Analyse tableau volé de Rembrandt.
Self-portrait of Rembrandt 27 years old Lara Laria Martin
Self-portrait of Rembrandt in the storm of the lake of Galilee. Stolen art analysis and stolen Rembrandt analysed by Lara Laria Martin. Analyse tableau volé de Rembrandt.

After having deciphered the main lines of this painting “Christ in the Storm on the Sea of Galilee”, we can measure the exceptional scope of this masterpiece of Rembrandt and the interest it can arouse!

“Christ in the Storm on the Sea of Galilee” (1633), will one day celebrate his return to the Isabella Stewart Gardner Museum in Boston?

After 29 years of research by the FBI, Interpol and international police, the masterpieces of the theft of 18 March 1990 have still not surfaced. The determination of all the police, agents Geoff Kelly and Richard Deslauriers of the FBI have given nothing.

Numerous announcements have led us to believe in a return of this masterpiece and the other 12, but the reality has come down to be nothing.

An extraordinary theft, characterized by daring, expertise and the sum of 13 plus 2!
The audacity

The audacity because the theft was carried out in a surprising way, as with a kind of nonchalance. A feeling of trying a shot, like the story of a wager a little crazy that turns in favor of thieves.

The audacity to steal works that can never be resold. Works so burning that they would even have difficulty, to serve as a pledge to a criminal organization.

The audacity to keep works sought after by all the police in the world and the audacity to enjoy them alone.

The expertise

The expertise of the commissionner, who took care to choose this very special work of Rembrandt and the other wonders that accompany it.

This fine connoisseur who fishes by greed, enjoying 3 Rembrandt, a Vermeer, a Manet, a Flinck, 5 Degas and two iconic objects of power.

This master appreciates the Dutch painting, the French art of living, France, the show, the horses and the taste of good wines.

Our journey on the flight of Rembrandt’s painting “Christ in the Storm of the Sea of Galilee” ends in the hope that you will have discovered the magic of this superb painting.

The sum of 13+2

Just one last comment. At the Isabella Stewart Gardner Museum in Boston, there were 13 stolen works and 2 thieves, doesn’t this configuration remind you of the passengers caught in this storm?

Maybe we we should keep hope. The hope that one day the painting “Christ in the Sea Storm of Galilee” and the other masterpieces will take back their places at the museum Isabella Stewart Gardner in Boston.

Lara Laria Martin

 

Rembrandt et le Christ dans la tempête ! Tableau volé !

Zoom sur un Rembrandt volé à Boston le 18/03/1990

Au coeur de l’un des plus remarquables casses du siècle

Le 18 mars 1990,  un vol hors du commun a eu lieu au musée Isabella Stewart Gardner à Boston. Aux alentours de 1 heure du matin, deux hommes déguisés en policiers, ont demandé à parler aux gardiens du musée, prétextant qu’ils avaient entendu des bruits dans la cour.

Une fois la porte ouverte, les gardiens du musée ont rapidement été ligotés et muselés. En l’espace d’un instant, le tour était joué et les loups entraient dans la bergerie ! Ce stratagème enfantin digne des Rapetou (de la bande de Picsou) a entraîné la perte de 3 Rembrandt, 1 Vermeer, 1 Flinck, 1 Manet, 5 Degas et de 2 objets d’art. En somme, une catastrophe pour l’Art, le marché de l’Art et pour le musée Isabella Stewart Gardner.

Ce cambriolage rocambolesque, a fait sortir par la petite porte 13 chefs d’oeuvres mondialement connus. Parmi cette liste prestigieuse, se trouve un exceptionnel tableau de Rembrandt “Le Christ dans la tempête sur la mer de Galilée”.

L’oeuvre qui nous intéresse dans ce sujet est estimée à elle seule, à plusieurs centaines de millions de dollars américains. Ce tableau de Rembrandt fait partie des oeuvres marquantes de l’artiste. Il est donc peu probable que ce tableau ait été dérobé au hasard. Tout laisse penser que ce braquage ait été commandité et bien préparé. L’image d’un collectionneur “fou” oeuvrant dans l’ombre, semble souvent être une hypothèse romanesque, mais dans le cas du vol au musée Isabella Stewart Gardner à Boston, il faut peut-être l’envisager ? Le commanditaire n’est peut-être pas un collectionneur, ni un malade, mais c’est de toute évidence un expert.

Pour pouvoir comprendre l’importance de ce tableau et sa valeur, nous allons prendre le temps de le décoder. Ces informations nous seront peut-être utiles pour mieux comprendre ce vol incroyable.

Les particularités de ce tableau “Le Christ dans la tempête sur la mer de Galilée” (1633) de Rembrandt

Période jeune de Rembrandt & unique marine de l’artiste

Ce tableau a été peint par Rembrandt (1606/1607-1669), alors qu’il n’avait que 27 ans. C’est une peinture réalisée pendant la jeunesse de l’artiste : entre la période de Leyde et celle de son arrivée à Amsterdam. Pour un expert ou un collectionneur, il est toujours important d’avoir des oeuvres réalisées dans la jeunesse de l’artiste. Cela permet de posséder les premiers tableaux et de pouvoir évaluer la progression de l’artiste peintre à travers les âges. En plus d’être superbe, ce tableau présente déjà cet avantage.

A ce point s’ajoute, le côté unique de ce tableau : il est l’unique marine peinte par Rembrandt. Cette rareté est un autre élément déterminant. Cela explique certainement le choix de ce tableau, par notre donneur d’ordre. Cette unique marine de l’artiste témoigne des capacités artistiques et techniques de Rembrandt, à s’exprimer sur un sujet aquatique. Cette peinture illustre également l’audace de Rembrandt. Ce jeune Rembrandt, audacieux, décide de frapper fort en choisissant de traiter une tempête biblique. Doutant de rien, il ajoute à ce défi, celui de peindre la scène sacrée du Christ et de ses apôtres traversant le lac de Tibériade.

En traitant ce sujet, Rembrandt multiplie les complexités et les complications. Cette traversée qui frôle le naufrage fait de lui un metteur en scène talentueux. La force du vent, l’expressions des visages et des corps, nous bousculent.

L’audace de Rembrandt, qui revisite l’évangile selon Marc

Le jeune Rembrandt s’inspire du chapitre IV de l’évangile selon Marc pour cette peinture. Dans ce chapitre, le Christ enseigne à ses disciples l’importance d’avoir la foi. Le Christ décide de traverser le lac de Tibériade pour passer sur le rivage d’en face. Les 12 apôtres l’accompagnent. Durant la traversée, la barque est prise dans une tempête violente. D’après les écritures, ils sont 13 sur ce bateau. Le passage évangélique, explique que les disciples terrorisés par la férocité de la tempête, décident de réveiller le Christ endormi “Ils le réveillèrent, et lui dirent: Maître, ne t’inquiètes-tu pas de ce que nous périssons ? “. Cette scène annonce un miracle, car le Christ calmera la tempête par le simple son de sa voix.

En observant le tableau, le jeune Rembrandt nous surprend. En comptant le nombre de personnages peints, nous sommes à un total 15 personnages. Rembrandt a décidé d’ ajouter deux personnages à cette scène biblique. Qui sont ces 2 personnages ?

Les 2 passagers énigmatiques :  Paul de Tarse (Saul) et Rembrandt lui-même !

Ce tableau est  révélateur de la personnalité de Rembrandt, n’hésitant pas à revisiter l’histoire à sa façon et à en apporter sa touche personnelle.

L’ajout de de Paul de Tarse (dit Saul) ne serait pas une surprise. Rembrandt l’a mis en scène plus tardivement en réalisant l’un de ses fameux autoportraits. Ajoutons que Paul a souvent été présenté dans les textes sacrés comme le 13ème apôtre. Paul semble être une piste non négligeable.

De plus,  nous approchant de ce tableau, nous pouvons nous interroger sur le visage de cet homme au premier plan. Ce jeune homme, qui nous regarde droit dans les yeux et qui nous interpelle. Ce visage si familier présent dans toute l’oeuvre de Rembrandt : celui de son autoportrait. Le jeune Rembrandt apparaît là, au centre de cette scène presque apocalyptique ! L’un des plus beaux autoportraits de Rembrandt et surtout l’un des rares autoportraits de Rembrandt jeune.

Cet autre point corrobore la valeur inestimable de cette oeuvre.

Après avoir décrypté les grandes lignes de ce tableau “Le Christ dans la tempête sur la mer de Galilée“, nous pouvons mesurer l’envergure exceptionnelle de ce chef-d’oeuvre de Rembrandt et l’intérêt qu’il peut susciter !

Le Christ dans la tempête sur la mer de Galilée” (1633), fêtera-t-il un jour son retour au musée Isabella Stewart Gardner à Boston ?

Après 29 années de recherches du FBI, d’Interpol et des polices internationales, les tableaux du vol du 18 mars 1990 n’ont toujours pas refait surface. La détermination de toutes les polices, des agents Geoff Kelly et Richard DesLauriers du FBI n’ont rien données.

De nombreuses annonces, nous ont laissé croire à un retour de ce chef-d’oeuvre et des 12 autres, mais la réalité s’est résumée à peau de chagrin.

Un vol extra-ordinaire, caractérisé par l’audace, l’expertise et la somme de 13 plus 2 !

L’audace

L’audace parce que le vol a été réalisé de façon surprenante, comme avec une sorte de nonchalance. Une sensation de tenter un coup, comme l’histoire d’un pari un peu fou qui tourne en la faveur des voleurs.

L’audace de voler des oeuvres qui ne pourront jamais être revendues. Des oeuvres tellement brûlantes qu’elles auraient même des difficultés, à servir de gage à une organisation criminelle.

L’audace de garder des oeuvres recherchées par toutes les polices du monde et l’audace d’en jouir seul.

L’expertise

L’expertise du commanditaire, qui a pris le soin de choisir cette oeuvre tellement particulière de Rembrandt et les autres merveilles qui l’accompagnent.

Ce fin connaisseur qui pêche par gourmandise, en se délectant de 3 Rembrandt, d’un Vermeer, d’un Manet, d’un Flinck, de 5 Degas et de deux objets emblématiques de pouvoir.

Ce maître appréciant avec démesure la peinture hollandaise, l’art de vivre à  la française, la France, le spectacle, les chevaux et le goût des bons vins,.

Notre parcours sur le vol du tableau de Rembrandt “Le Christ dans la tempête de la mer de Galilée” s’achève en espérant vous avoir fait découvrir la magie que véhicule ce superbe tableau.

La somme de 13+2

Juste une dernière remarque. Au musée de Isabella Stewart Gardner à Boston., il y a eu 13 oeuvres dérobées et 2 voleurs,  cette configuration ne vous rappelle-t-elle pas celle des passagers pris dans cette tempête ?

Peut-être que nous devons, nous aussi garder l’espoir. L’espoir de voir un jour le tableau “Le Christ dans la tempête de la mer de Galilée” et les autres chefs-d’oeuvres reprendre leurs places au musée musée Isabella Stewart Gardner à Boston..

Lara Laria Martin