Copy of a still life “Smoker tools” Hubert Van Ravesteyn

Copie d’une Nature morte de Hubert Van Ravesteyn” (1664)

Painting copied by Lara Laria Martin / Peinture copiée par Lara Laria Martin

38cm x 29cm

Paiting copy Hubert Van Ravesteyn "Smoker" copy by Lara Laria Martin
Hubert Van Ravesteyn “Smoker”, a painting copy made by Lara Laria Martin. Copie d’une nature morte de Hubert Van Ravesteyn “Fumeur”, par Lara Laria Martin.

Hubert Van Raversteyn “Smoker” Original version

Painting "Smoker" painted by Hubert Van Ravesteyn
Van Ravesteyn Original version of the painting “Smoker”.
Copy paiting step "Smoker" Van Ravesteyn by Lara Laria Martin
Copy process for the painting “smoker” originaly painted bPaiting y Hubert Van Ravesteyn and copied by Lara Laria Martin. Etape d’une copie d’une nature morte.
Paiting Copy process by Lara Laria Martin - Smoker - Van Ravesteyn
This is a painting copy process of the copy painted by Lara Laria Martin, og the painting “Smoker” of Hubert Van Ravesteyn. Etape d’une copie de nature morte.
Paiting Copy; Une copie une peinture par étape avec Lara Laria Martin.
Painting Copy process for a sill life of Hubert Van Ravesteyn, copy by Lara Laria Martin. Technique de copie d’une nature morte, par Lara Laria Martin

 

(Version en fraçais après ce texte)

This painting is a partial copy of a painting painted by Hubert Van Ravesteyn.

Hubert Van Ravesteyn is a Dutch painter, born in 1638 in Dodrecht and died in 1691. He is known for painting beautiful still lifes and many scenes from everyday life. In order to understand this picture, it is important to reconstruct the historical and artistic context of Hubert Van Ravesteyn.

In 1521, Charles V’s authoritarian decisions generated violent opposition in the heart of the Spanish Netherlands. Under a background of inquisition, the Spanish dictatorship, guided by the desire to impose the Catholic religion, clashed with the Calvinists and Lutherans. These omnipresent tensions led to the union of Utrecht in 1579. This union is characterized by a secession between the Spanish monarchy and 7 provinces of the Spanish Netherlands (Holland, Utrecht, Zealand, Gelderland, Overijssel, Friesland and Groningen).

Two years later, in 1581, these seven United Provinces officially constituted a state. This independence will take almost 80 years to be recognized by Spain, and the formalization of this state will be hard won.

The union of the seven provinces brings about a new economic development, political and religious autonomy, while opening the doors of the «golden Dutch century». This new organization is causing upheaval at the heart of the art market, and artistic activities. Orders from the Spanish market cease. With this declining market, the themes dealing with Catholic religious history no longer find as many buyers.

Artists and painters quickly adapt to this change. They propose different canvases, and more adapted to this new market. The canvases are generally smaller in relation to the interior of the local dwellings, and the themes are different. We are witnessing the beginning of «the golden age of Dutch painting». The scenes of everyday life, the portraits, the painting of history and the still lifes , take their place in this new artistic period.

In this new economic and artistic environment, still-lifes easily find their place.The realization of this style of painting, does not necessarily require a commission and the artist does not suffer the costs of a living model and the time management of poses.The painting of the “stationary object” allows you to dedicate a fixed place in the workshop and not have to stage it the next day.

Hubert Van Ravesteyn, known for the beauty of these still lifes and these scenes of daily life, participates in this period of art. It is important to know that his artistic productions are contemporary to the masterpieces of Rembrandt, Johannes Wemer, Willem Kalf, Willem Claeszoon Heda, Pieter Claesz.

Hubert Van Ravesteyn’s painting «Smoker» perfectly illustrates this period, that of the “golden Dutch century”. In choosing to copy this painting, I decided to focus the subject on the two white pipes and the ewer. So, on this painting, there is a terracotta pot that contains embers to light the pipes. I mention this point because it allows to better visualize the scene.

This painting of Hubert Van Ravesteyn presents a daily scene in a bourgeois house.This table illustrates the richness, the taste for refinement and the simple pleasures of life. As spectators, we discover the perfect pipe smoker kit. The smoker left the room and the objects presented are the only witnesses of his passage. Each element was carefully chosen and placed. The choice of materials, the artistic and artisanal finesse of the ewer and glass, create a perfect decor to highlight the two white terracotta pipes. This pipe model, was the one produced and sold at the time, and Van Ravesteyn presents us with a new art, the art of smoking pipe.

As I went further into the analysis, I wondered whether there was another message behind this staging. Is the presence of the four elements that make up the universe (water, fire, earth and wind) the result of chance? Is there not a voluntary parallel between the elements of the Eucharist and this painting? Should we see in this picture a provocation to the Spanish Catholic monarchy?

This questioning is also part of the contact of the copyist and the artist who produced the original painting. Copying is not just, reproducing, knowing all the artistic techniques, laying paint layers or being the glacis specialist. Copying also means trying to understand the author’s will.

From the point of view of the pictorial technique, the copy of this painting is very interesting, for the many complexities that this painting identifies. The carafe with a mixture of inlaid stones and gilded ornaments, the tin plate, the precious fabric placed on the table, the twigs grouped into a small and very elegant fagot and the 2 magnificent pipes, are great challenges for a copyist.

I strongly recommend that any motivated person attempt the exercise of copying this chart. I unfortunately did not have the opportunity to discover the original of this painting, because it belongs to a private collection.

Just a little advice, before copying a work, it is important to always see the original in a museum, a gallery, or other exhibition places.

Lara Laria Martin

Cette peinture est la copie partielle, d’un tableau peint par Hubert Van Ravesteyn.

Hubert Van Ravesteyn est un artiste peintre néerlandais, né en 1638 à Dodrecht et décédé en 1691. Il est connu pour avoir peint de magnifiques « natures mortes » et de nombreuses scènes du quotidien. Pour pouvoir appréhender ce tableau, il est important de restituer le contexte historique et artistique d’Hubert Van Ravesteyn.

En 1521, les décisions autoritaires de Charles Quint génèrent une opposition violente au cœur des Pays-Bas espagnols. Sous un fond d’inquisition, le dictat espagnol guidé par la volonté d’imposer la religion catholique, se heurte aux calvinistes et luthériens. Ces tensions omniprésentes débouchent en 1579 par l’union d’Utrecht. Cette union est caractérisée par une sécession entre la monarchie espagnole et 7 provinces des Pays-Bas espagnols (Hollande, Utrecht, Zélande, Gueldre, Overijssel, Frise et Groningue).

Deux ans plus tard en 1581, ces 7 Provinces-Unies constituent officiellement un état. Cette indépendance mettra près de 80 ans à être reconnue par l’Espagne, et l’officialisation de cet état sera durement gagnée.

L’union des 7 provinces entraînent un nouvel essor économique, une autonomie politique et religieuse, tout en ouvrant les portes du « siècle d’or Néerlandais ». Cette nouvelle organisation entraîne un bouleversement au cœur du marché de l’art, et des activités artistiques. Les commandes en provenance du marché espagnol cessent. Avec ce marché en baisse, les thèmes traitant de l’histoire religieuse catholique ne trouvent plus autant d’acheteurs.

Les artistes et artistes peintres s’adaptent rapidement à cette mutation. Ils proposent des toiles différentes, et plus adaptées à ce nouveau marché. Les toiles sont généralement plus petites en rapport avec l’intérieur des habitations locales, et les thèmes abordés sont différents. Nous assistons au début de « l’âge d’or de la peinture Néerlandaise ».  Les scènes de la vie quotidienne, les portraits, la peinture d’histoire et les natures mortes , prennent leurs places dans cette nouvelle période artistique.

Dans ce nouvel environnement économique et artistique, les natures mortes trouvent facilement leur placent. La réalisation de ce style de peinture, ne nécessite pas forcément de commande et l’artiste ne subit pas les coûts d’un modèle vivant et la gestion du temps des poses. La peinture de « l’objet immobile » permet de dédier un endroit fixe dans l’atelier et de ne pas avoir à le remettre en scène le lendemain.

Hubert Van Ravesteyn, connu pour la beauté de ces natures mortes et ces scènes de vie quotidienne, participe à cette période faste de l’art. Il est important de savoir que ses productions artistiques sont contemporaines des chefs-d’œuvre de Rembrandt, Johannes Wemer, Willem Kalf, Willem Claeszoon Heda, Pieter Claesz.

Le tableau « smoker » d’Hubert Van Ravesteyn illustre parfaitement cette époque, celle du “siècle d’or Néerlandais”. En choisissant de copier ce tableau, j’ai pris le parti de centrer le sujet sur les 2 pipes blanches et l’aiguière. Il manque donc sur ce tableau, un pot en terre cuite qui contient des braises pour allumer les pipes. Je mentionne ce point car il permet de mieux visualiser la scène.

Cette copie de peinture d’Hubert Van Ravesteyn présente une scène quotidienne dans une maison bourgeoise. Ce tableau illustre la richesse, le goût du raffinement et des plaisirs simples de la vie. En tant que spectateurs, nous découvrons le kit parfait du fumeur de pipe. Le fumeur a quitté la pièce et les objets présentés sont les seuls témoins de son passage. Chaque élément a été choisi et placé avec soin. Le choix des matériaux, la finesse artistique et artisanale de l’aiguière et du verre, créent un décor parfait pour mettre en avant les deux pipes blanches en terre cuite. Ce modèle de pipe, était celui produit et vendu à l’époque, et Van Ravesteyn nous présente un nouvel art, l’art de fumer la pipe.

En poussant l’analyse, je me suis posée la question de savoir, s’il n’y avait pas un autre message derrière cette mise en scène. La présence des quatre éléments qui composent l’univers (l’eau, le feu, la terre et le vent) est-il le fruit du hasard ? N’y a-t-il pas un parallèle volontaire entre les éléments de l’eucharistie et ce tableau ? Doit-on voir dans ce tableau une provocation à la monarchie catholique espagnole ?

Ce questionnement fait également partie, du contact du copiste et de l’artiste qui a produit le tableau original. Copier ce n’est pas seulement, reproduire, connaître toutes les techniques artistiques, poser des couches de peinture ou être le spécialiste du glacis. Copier, c’est aussi tenter de comprendre la volonté de l’auteur.

D’un point de vue de la technique picturale, la copie de ce tableau est très intéressante, pour les nombreuses complexités que cette peinture recense. La carafe avec un mélange d’incrustations de pierres et d’ornements dorés, l’assiette en étain, le précieux tissu posé sur la table, les brindilles regroupées en un petit fagot très élégant et les 2 magnifiques pipes, sont de beaux challenges pour une copiste.

Je recommande vivement à toute personne motivée de tenter l’exercice de copier ce tableau. Je n’ai malheureusement pas eu la possibilité de découvrir l’original de cette peinture, car il appartient à une collection privée.

Juste un petit conseil, avant de copier une oeuvre, il est important de toujours voir l’original que ce soit dans un musée, une galerie, ou autres lieux d’expositions.

Lara Laria Martin

 

 

 

Leave a Reply